Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu. Dieu a fait qu'ils s'oublient eux-mêmes.

Uncategorized

Idée de foi et de ce qu’être soi

M’élevant tout en haut, jai regardé en bas.
Je me suis vu là-bas, dans un piteux état.

Occuppé à me faire du souci pour pour mon égo-roi,
Au détriment de la justice qui devrait être ma Loi.

Mélevant tout en haut, dans les sphères lucides,
Retournant mon esprit, repentant mon toue ma vie,

j’ai bien vu mon égo, plus brillant que couronne,
S’attendant qu’on le prenne, et qu’on lui donne un trône.

J’ai bien vu que mon âme travaillait sans cesse,
A se parer de mille vanités ;

J’ai bien vu que mon énergie vitale tournait,
Autour de cet égo que j’adorais.

M’élevant tout là haut en me rappelant, dans les sphères lucides,
J’ai vu comment j’oublie mes petits frères et soeurs dans les génocides,

J’ai vu que mon coeur se complait à valser et jouer de mille plaisirs qui bientôt périssent
Délaissant Allah et Son Messager quand on les percevait parler,
Pour flirter de près avec des plaisirs n’apportant ni la paix, ni la Justice.

M’élevant tout là haut en me questionnant,

j’ai compris sans le dire,
Que ce qui frappe nos soeurs et nos frères c’est nous,
quand on vit un délire.

Quand on vit en menteurs et en voleurs sur la vie qui essaye de dire,
Que la justice s’écrira ici, par ce que notre amour d’Allah doit dire.

Aujourd’hui j’ai envie de te dire,
Que ce qui sévit partout dans le monde c’est nous,
Quand nos sexes, par nos égos-délires, deviennent des jeux brulant les portes, de la paix sans le dire.

Aujourd’hui je voulais te dire,
Que le mal qui détruit la planète c’est nous,
Quand notre amour de soi ment, à l’amour d’Allah qui est plus vrai pourtant que tout.

Mélevant tout en haut, en me prosternant j’ai vu,

comment nos émotions nous trompent, pour nous laisser perdus et sans secours partout ;
J’ai vu comment on croit que le bonheur est là, dans l’illusion du présent pour un ego roi,

Alors qu’il est cette profession de foi, qui nous guide au-delà de ce qu’on croit être soi.

M’élevant tout en haut, en me repentant, j’ai vu l’enfant vieillir,
Et ses parents se réjouir de cette foi,
Sachant que ce qu’on appelle soi-même est plutôt à venir,

Car la vie d’ici bas n’est que jouissances trompeuses,
Tandis qu’auprès d’Allah est la vérité qui nous guide, à Ce qui ne Trahit pas.

35. 43. Cependant, la manoeuvre perfide n’enveloppe que ses propres auteurs. Attendent-ils donc un autre sort que celui des Anciens? Or, jamais tu ne trouvera de changement dans la règle d’Allah, et jamais tu ne trouvera de déviation dans la règle d’Allah.
44. N’ont-ils donc jamais parcouru la terre pour voir ce qu’il est advenu de ceux qui vécurent avant eux et qui étaient plus puissants qu’eux? Et rien, dans les cieux ni sur terre ne saurait réduire l’autorité d’Allah. Car il est certes Omniscient, Omnipotent.
45. Et si Allah s’en prenait aux gens pour ce qu’ils acquièrent. Il ne laisserait à la surface [de la terre] aucun être vivant. Mais Il leur donne un délais jusqu’à un terme fixé. Puis quand leur terme viendra… (Il se saisira d’eux) car Allah est Très Clairvoyant sur Ses serviteurs.


Notre libido – l’essence et la genèse

Le monde est en feu de polémiques, il sera refroidi et apaisé de croyants qui mènent la même démarche en actes et en paroles, qui ne se noient pas de prétentions frivoles, et n’oublient pas que la vie est un don qui se poursuit, par l’excellence envers soi-même vis à vis d’Allah qui nous a créé dans la forme la plus parfaite.

Cette excellence n’est pas le fait de gâter notre égo gourmand ou capricieux à sa guise, mais de craindre Allah, afin de réussir. Quiconque a été prémuni contre sa propre avidité, ceux là sont ceux qui réussissent.
Craindre Allah, pour économiser notre précieuse énergie vitale dans la voie de l’avenir, cet avenir qui a besoin d’un concentré de sincérité et de don de soi sans faillir, sans duplication ni fioritures. Juste le don de soi, compact, concentré et endurant au-delà des apparences et des prétentions qui nous feront faillir à l’heure où le divertissement nous détruit.


Est-il vrai qu’une fois la confiance rompue, le pardon n’a aucune valeur ?

Une fois la confiance rompue, que devient le pardon ?
Cela dépend du contexte, car si vous parlez de trahison, celle-ci est souvent relative et subjective, donc encore faut-il que la trahison soit réelle et non interprétative.
Il s’agirait donc de ne pas croire à la valeur d’un pardon qui proviendrait d’une personne non digne de confiance désormais par rapport à une attente « trahie », c’est à dire non satisfaite.
Mais si on revient sur les attentes d’une telle personne qui se sent trahie, il se peut qu’elle se sente pas si trahie que cela en comprenant d’avantage la teneur de la réalité, en tout cas, il faut savoir que cette question de confiance et de pardon repose essentiellement sur la relation à quelqu’un et aux enjeux de cette relation. Si c’est aussi simple qu’une transaction du style tu me donnes un cours d’une heure je te paye 15 euros, si je ne te paye pas après une heure ce sera une trahison et comme vous voudrez vos quinze euros vous ne me pardonnerez pas, par contre si c’est c’est plus sensoriel du style amourettes&co, ce sera un labyrinthe autant compliqué que votre esprit l’est lui-même, et sans vous connaitre vous même vous ne pourrez pas avoir la confiance en Allah de détester continuellement pour Lui ou pardonner par lumière de Lui.
les hypocrites envers Allah, Son messager et les croyants doivent être combattus, point de pardon pour eux, mais la passion fait dévier de la justice et pousse également à la détestation quand Allah invite au pardon car l’avidité est une gangrène.


Couple et Détestation d’amour à l’heure de la libéralisation des moeurs

Ô hommes! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être, et a créé de celui-ci sont épouse, et qui de ces deux là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement. A l’heure où la culture pub, le cinéma et le développement personnel vendent des shémas de vie idéalisés mettant le contentement à mal en propulsant le divorce en tant que norme au goût de tous les jours, A l’heure où la sexualité ultraexposée dans la communication visuelle dévalorise et concurrencie terriblement l’intimité qui en réalité est inexposable et qui n’est disons-le, comparable que pour les pervers, A l’heure où les réseaux sociaux invitent les égos à se représenter par des leurres et de façon on ne peut plus complaisante et envoûtante tout en proposant de nouveaux contacts à la pelle, à l’heure de tous les troubles et des constats souvent les plus amers, A l’heure où beaucoup se portent en exemple en prétendant savoir mieux que la révélation ne nous révèle ce qu’est l’harmonie et la piété dans le couple et dans la société, j’avais envie de parler du couple sous le prisme fondamental de l’endurance lucide et relative, parce que le couple, c’est compliqué, mais qu’Allah nous l’a simplifié pour une communauté d’endurants lucides. Je ne m’oppose aucunement au divorce qui est parfois vital ou bien plus sain et utile qu’une vie de de couple destructrice, Je ne dénie aucunement la difficulté rencontrée par la vie de couple ou par le célibat de ceux d’entre nous, Je ne me déclare ni mariée, ni mariable, ni divorcée, ni divorçable, mais simplement propice au rappel. Je ne m’oppose pas spécialement à la diversité des opinions mais j’embrasse avec adhérence farouche l’opinion du Quran : Le couple y est affection, bonté, colmatage de la nudité et lutte pour Allah avec tout l’effort qu’Il mérite contre des égos autophages qui ne pourront gagner qu’auprès de Celui qui accorde leur grâce et leur mesure aux gens ; et enjoint de ne pas trahir la piété quand les affaires de couple tournent au vinaigre, car seule la piété éclaire et facilite le mariage comme le divorce d’ailleurs. Afin de demeurer équitables et de ne pas perpétuer les taghouts de nos émotions passionnelles, ni l’un ni l’autre ne doit être idéalisé à la place d’Allah : ni la sexualité, ni le romantisme, ni les passions, ni l’image de la famille, ni le mariage, ni le divorce, mais la piété voilà qui est meilleur pour des gens véritablement muslims qui savent que quiconque craint Allah, Allah lui donnera une issue favorable, et lui accordera Ses dons par [des moyens] sur lesquels il ne comptait pas. Et quiconque place sa confiance en Allah, Allah lui suffit. Allah atteint ce qu’Il Se propose, et Allah a assigné une mesure à chaque chose. 64.13. Allah, nulle autre divinité que Lui! Et c’est à Allah que les croyants [doivent] s’en remettre. 14. Ô vous qui avez cru, vous avez de vos épouses et de vos enfants un ennemi [une tentation]. Prenez-y garde donc. Mais si vous [les] excusez passez sur [leurs] fautes et [leur] pardonnez, sachez qu’Allah est Pardonneur, Très Miséricordieux. 15. Vos biens et vos enfants ne sont qu’une tentation, alors qu’auprès d’Allah est une énorme récompense. 16. Craignez Allah, donc autant que vous pouvez, écoutez, obéissez et faites largesses. Ce sera un bien pour vous. Et quiconque a été protégé contre sa propre avidité… ceux-là sont ceux qui réussissent. 17. Si vous faites à Allah un prêt sincère, Il multipliera pour vous et vous pardonnera. Allah cependant est très Reconnaissant et Indulgent. 18. Il est le Connaisseur du monde Invisible et visible, et Il est le Puissant, le Sage. Allah est le déteteur de la grâce envers les gens mais la plupart d’entre eux ne sont pas reconnaissants.


N’y avoir personne

Le ciel dans mes feuilles invite le vent
Et la puie qui sillonne en silence mes veines,
de l’été à l’automne, fait de moi ce semblant.

Une personne dans le temps qui passe avec le vent
Et la pluie qui sillonne en torrent ma conscience, il n’y a personne,

Ici et maintenant

De l’éveil au réveil il n’y aura personne,
De la sève à l’écorce il n’y aura personne,
Sinon l’adorateur Promis à L’eden au-dela du temps

De la sève à l’écorce, du coeur aux édifices,
nous connaissons la joie du meilleur sacrifice,
Celui de donner de son bien en échange de l’artifice,
De donner et ceuillir dans le ciel l’amour plutôt
qu’à l’étroite avarice ; renserrant les tombes par lignées soumises sans aucun préjudice

31.26. A Allah appartient tout ce qui est dans les cieux et en terre. Allah est Celui qui se suffit à Lui-même, Il est Le Digne de louange!
27. Quand bien même tous les arbres de la terre se changeraient en calames [plumes pour écrire], quand bien même l’océan serait un océan d’encre où conflueraient sept autres océans, les paroles d’Allah ne s’épuiseraient pas. Car Allah est Puissant et Sage.
28. Votre création et votre résurrection [à tous] sont [aussi faciles à Allah] que s’il s’agissait d’une seule âme. Certes Allah est Audient et Clairvoyant.
9. N’as-tu pas vu qu’Allah fait pénétrer la nuit dans le jour, et qu’il fait pénétrer le jour dans la nuit, et qu’Il a assujetti le soleil et la lune chacun poursuivant sa course jusqu’à un terme fixé? Et Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.
30. Il en est ainsi parce qu’Allah est la Vérité, et que tout ce qu’ils invoquent en dehors de Lui est le Faux, et qu’Allah, c’est Lui le Haut, le Grand.
31. N’as-tu pas vu que c’est par la grâce d’Allah que le vaisseau vogue dans la mer, afin qu’Il vous fasse voir de Ses merveilles? Il y a en cela des preuves pour tout homme patient et reconnaissant.
32. Quand une vague les recouvre comme des ombres, ils invoquent Allah, vouant leur Culte exclusivement à Lui; et lorsqu’Il les sauve, en les ramenant vers la terre ferme, certains d’entre eux deviennent réticents; mais, seul le grand traître et le grand ingrat renient Nos signes.
33. Ô hommes! Craignez votre Seigneur et redoutez un jour où le père ne répondra en quoi que ce soit pour son enfant, ni l’enfant pour son père. La promesse d’Allah est vérité. Que la vie présente ne vous trompe donc pas, et que le Trompeur (Satan) ne vous induise pas en erreur sur Allah!
34. La connaissance de l’Heure est auprès d’Allah; et c’est Lui qui fait tomber la pluie salvatrice; et Il sait ce qu’il y a dans les matrices. Et personne ne sait ce qu’il acquerra demain, et personne ne sait dans quelle terre il mourra. Certes Allah est Omniscient et Parfaitement Connaisseur.

18.1. Louange à Allah qui a fait descendre sur Son serviteur (Muhammad), le Livre, et n’y a point introduit de tortuosité (ambiguïté)!
2. [Un livre] d’une parfaite droiture pour avertir d’une sévère punition venant de Sa part et pour annoncer aux croyants qui font de bonnes oeuvres qu’il y aura pour eux une belle récompense.
3. où ils demeureront éternellement,
4. et pour avertir ceux qui disent : « Allah S’est attribué un enfant. »
5. Ni eux ni leurs ancêtres n’en savent rien. Quelle monstrueuse parole que celle qui sort de leurs bouches! Ce qu’ils disent n’est que mensonge.
6. Tu vas peut-être te consumer de chagrin parce qu’ils se détournent de toi et ne croient pas en ce discours!
7. Nous avons placé ce qu’il y a sur la terre pour l’embellir, afin d’éprouver (les hommes et afin de savoir) qui d’entre eux sont les meilleurs dans leurs actions.
8. Puis, Nous allons sûrement transformer sa surface en sol aride.
28701154_571221413259914_473996654562009458_o


Mes vidéos et Al haqq

Comment parvenir à être équitables vis à vis d’Allah quand on produit du spectacle, du divertissement, une mise en valeur exclusive de soi et l’exigence, consciente ou non, de cette marge de cerveau disponible de la part de nos frères spectateurs pour tout cela, le tout au détriment des fondamentaux d’Allah à l’heure où le monde est à feu et à sang du fait de notre éloignement de l’équité ?

Comment rétablir l’équilibre au sein de nos envies tiraillées et harcelées par cette culture de la pub et du divertissement ?
Comment rétablir l’équilibre, quand tout un chacun produit avec ivresse, et alimente des contenus sur youtube en réaction d’autres contenus, le tout au détriment de la réalité et des relations de vérité ?

Où nous mène cette attitude se sentant redevable d’être exposée sur les réseaux ? s’exposer ? jusqu’à quand ? Jusqu’à où ? Pour quoi faire ? Pour quelle communauté ?
La communauté du virtuel, toute tendances comprises ?

Comment éviter au maximum le désoeuvrement des uns et des autres ?
Comment sortir de ce jeu de faux miroirs qui nous plongent dans l’oubli de soi, comment sortir de cet oubli de la montre, à l’heure où le temps passe, où le sang est versé, où la corruption HighTech nous dicte ses jeux plaisants qui nous séduisent et nous rendent tôt ou tard abandonnés de cette société du spectacle et de la mise en avant de nos égos qui désespérément cherchent leurs places ?

Comment sortir de cette ivresse de jeunesses et de beautés plein les yeux qui s’exposent jusqu’à s’aveugler les poitrines, qui s’enjouent, se rêvent et consument leur potentiel pour une image se devant plaisante sur une interface virtuelle qui n’appelle qu’à d’avantage de virtualité et d’égarement ?

Comment faire en sorte, que par nos repentirs perspicaces à l’intérieur-même de notre esprit, on puisse restituer un parfum de fitra et donner envie d’y revenir en masse, de par le simple poids exact et la pesée.
Certes Allah n’aime pas l’excès.


Une grand mère soeur

Infatigable mon petit frère,
Ses actionsportent la lumière du Créateur
Infatigable le petit frère, qui transporte pieusement tant de douceur
Infatigable le petit frère,
Crémeux comme un nuage-moteur,
Donnant de l’ombre donnant de l’eau et la lumière,
Et l’espérance et la lueur.
Laisser passer de la lumière, n’est pas donné à tous les coeurs,
Alors pour toi mon petit frère,
Multiplié à l’infini là sur la terre,
Je voudrais devenir cette grand mère,
Qui soit pour toi, ce précieux frère.
Dans la vraie foi, cette qualité charnière
Est celle qui nous rend à la Lumière :
Les croyants ne sont que des frères,
Entre eux, que de réjouissances
Et point de rancoeurs
Jadis petite fille chétive
aujourd’hui sacré moteur d’exprériences et de douleurs


Islamère sans pollution

Je suis née musulmane, mais on voudrait que je devienne laïque

On m’enseigne par le non-dit, que la honte d’être moi devrait-être  mon meilleur habit

l’ignorance du Fait Religieux veut décider de mon habit,

Il faudrait que je sois à la mode

comme le plastique qui décime les oiseaux marins

il faudrait que je sois à la mode,

Aussi moderne qu’une déforestation

Aussi moderne qu’un septième continent de plastique

Aussi moderne qu’un 7eme art fait cinéma sans modération, jusqu’à mentir sur bien des plans.

Ma religion n’est pas vendeuse c’est là son moindre défaut

Elle ne perd jamais la tête quand bien même le temps est chaud

quoi qu’en disent les corrupteurs avides

de faire payer jusqu’aux poissons leur eau

 

 

 

 

 

 

 


MASTERMIND


Mourir d’amour

Face à la vie qui promet de nous amoindrir
Faut-il s’abandonner, faut-il s’effacer ? faut-il s’aplatir ?
Faut-il se marchander et se malmener quitte à se risquer plus vite ?
Ou se soigner avec la peur de ne pas survivre ?
Face à la mort qui fleurit en soi comme les bourgeons du jour,
Faut-il espérer dire un jour quelque chose,
De plus vivant que cette mort d’amour ?

 

Béni soit celui dans la main de qui est la royauté. Et Il est capable de toute chose.
Celui qui a créé la mort et la vie dans le but d’ éprouver ceux parmi vous qui feraient la meilleure oeuvre. Et c’est Lui le Puissant, le Pardonneur


Des étoiles dans les sens


je vieillis vers la véritable vie

71C7DA68-4D84-4A53-AF7D-4828E71515E1Voir la vie défiler sous ses yeux; s’occuper à œuvrer sans trouver de quoi arrêter ce Temps ;

Qui fit oublier les aïeux.

Le temps passe et bientôt mon je trépasse

Dents jaunies et caries

Et bientôt dans ma peau les stris

Et mon corps au dedans, se fissure,

assuré d’une mort certes autant  proche que future

mes cheveux noirs amoindris,  virant aux tons blancs et gris,

et mon âme qui appelle dans ses cris

l’ultime et véritable vie.

 


Ce que j’ai vu

J’ai vu des gens qui fuient toute tension émotionnelle, qui détournent leurs regards de l’altérité, qui se ferment sur leurs habitudes, calculent leur monde et leur temps, et ne s’ouvrent qu’à la surprise qu’ils estiment bonne à les enrichir sans leur coûter en énergie, en confort ou en effort de cognition.
J’ai vu des gens qui détournent leurs regards, qui nous effacent à mesure que le temps nous met en lumière et nous porte vers eux.
J’ai vu un monde qui ne fait de place,
Qu’aux idoles faisant d’eux des privilégiés,
Des dieux sans Dieu faisant régner sur les enfants,
L’opprobre d’une vie sans diversité.


Clients du bas-monde

J’ai brillé dans mes rêves narcissiques, j’ai illuminé
Une enclave pleine d’idoles
Plongée dans l’obscurité.

J’ai aimé les sourires, les postures,
les regards de perle,
Les yeux surlignés,
Espéré dans les charmes une victoire,
Une défense contre les corrupteurs.

Moi qui croyais que la raison,
N’avait que faire de la séduction,
j’étais le client d’un monde
Où les idoles trônant légitimaient le sang.

J’étais le client d’un monde,
Où il fallait aimer nos fausses divinités,
Et sous les charmes se donner,
Au jeu moderne de se faire acheter.

Alors je me faisais belle,
pour me faire accepter,
De ces injustes qui n’avaient pas envie d’écouter.

Alors je découvrais mon cou,
Et laissais pendre mes atours,
Oui ces boucles dorées, à leurs yeux me valorisaient.

Mais n’étais-je point assez belle, pour la justice ?
Je devais pour me faire accepter,
étaler les charmes qui disparaissent avec les années.
Je devais pour me faire écouter,
Montrer cette jeunesse qui de moi disparaît.
Je devais pour me faire accepter,
Monter sur mes talons aiguille,
ainsi je serais acceptée,
Dans leurs festivités.

Sur leurs plateaux télé, je n’étais rien sans mon maquillage,
Dans leurs mentalités, je n’étais rien, naturelle et aimée.

Dans leurs mentalités, je devais monter,
M’exposer,
Me faire voir pour me vendre,

Leurs approches ne voulaient pas ma joie,
Mais me pousser à me dénaturer
Oui je savais

Qu’à chercher justice
Par une corruption organisée,

Je m’éloignais de moi
Et de toute cette conviction née,
Du seul désir de me prosterner.

 


Nos délicieuses mamans

Comme c’est bon ces ambiances du bled,
Où l’on côtoie la pierre, l’horizon et le ciel comme principaux interlocuteurs.
A ces endroits les gens savent qu’ils finiront sous terre, et s’occupent un instant de leur devoir, leur honneur
Le temps de retourner éperdument amoureux, devant leur créateur.
A ces endroits le temps est large, on s’ennuie on a le temps de tout, on dispose de soi.
On dispose de foi afin de rester droits
Quand vient à manquer l’ustensile,
Ou qu’il manque pour subsister quelques médicaments.
Dans ces endroits après le délice d’une mère, c’est la mort qu’on a pour seconde amie,
Cette maison souterraine nous appelle, à nous soumettre aussi,
Comme l’appel intérieur qui rappelle,
Que le cerveau s’emporte à penser aux acquis.
Dans ces contrées, tout nous rappelle que l’on passe,
Et les tombes alignées nous font face,
Près de nos délicieuses mamans.356F4710-FE19-436B-A649-3D6AA49B1F42.jpeg


Aucune contradiction

4.82. Ne méditent-ils donc pas sur le Coran? S’il provenait d’un autre qu’Allah, ils y trouveraient certes maintes contradictions !

41.41. Ceux qui ne croient pas au Rappel [le Coran] quand il leur parvient… alors que c’est un Livre puissant [inattaquable];42. Le faux ne l’atteint [d’aucune part], ni par devant ni par derrière: c’est une révélation émanant d’un Sage, Digne de louange.

 

 


Face au Qur’ân, distinguer la connaissance

Face au Qur’ân, il faut distinguer la connaissance de notre approche hâtive et avide d’acquérir : nous ne sommes pas la connaissance, mais la science divine nous connait mieux. C’est pour cela qu’elle nous enjoint de toujours revenir au Qur’ân, parce qu’Allah nous connaît mieux, qu’il connaît notre passé et notre futur, et que l’on n’embrasse de Sa science que ce qu’Il veut. 

Le muslim s’en remet entièrement à Allah tout en se mobilisant pour œuvrer de son mieux : Allâh guide certes sur un droit chemin, il se charge de cette guidée tant qu’on se charge de Le chercher. Allâh nous permet de garder en conscience que l’idéalité est liée sinon au Divin, sinon à l’au-delà émanant de Lui : son paradis aussi large que les cieux et la terre est en réalité le but de tout notre désir. Allah nous offre de nous détacher d’autres idéaux que Lui, qui nous promet au Paradis éternel, et celui à qui la sagesse est offerte c’est un grand bien qui lui est offert, car cette sagesse permet la liberté de vivre et de mourir conformément à la volonté divine plutôt que subir les désirs tôt ou tard forcenés, lésés, dépassés et détrônés par la vie éphémère, qui promet au châtiment ceux qui ne raisonnent pas.

***

 (…) » Ceux qui ne croient pas en l’au-delà donnent aux Anges des noms de femmes,

alors qu’ils n’en ont aucune science : ils ne suivent que la conjecture, alors que la conjecture ne sert à rien contre la vérité.

Ecarte-toi donc, de celui qui tourne le dos à Notre rappel et qui ne désire que la vie présente.

Voilà toute la portée de leur savoir. Certes ton Seigneur connaît parfaitement celui qui s’égare de Son chemin et Il connaît parfaitement qui est bien guidé.

A Allah appartient ce qui est dans les cieux et sur la terre afin qu’Il rétribue ceux qui font le mal selon ce qu’ils œuvrent, et récompense ceux qui font le bien par la meilleure [récompense],

ceux qui évitent les plus grands péchés ainsi que les turpitudes et [qui ne commettent] que des fautes légères. Certes, le pardon de Ton Seigneur est immense. C’est Lui qui vous connaît le mieux quand Il vous a produits de terre, et aussi quand vous étiez des embryons dans les ventres de vos mères. Ne vantez pas vous-mêmes votre pureté; c’est Lui qui connaît mieux ceux qui [Le] craignent.

 Vois-tu celui qui s’est détourné,

donné peu et a [finalement] cessé de donner?

Détient-il la science de l’Inconnaissable en sorte qu’il voit?

Ne lui a-t-on pas annoncé ce qu’il y avait dans les feuilles de Moïse

et celles d’Abraham qui a tenu parfaitement [sa promesse de transmettre]

qu’aucune [âme] ne portera le fardeau (le péché) d’autrui,

et qu’en vérité, l’homme n’obtient que [le fruit] de ses efforts;

et que son effort, en vérité, lui sera présenté (le jour du Jugement).

Ensuite il en sera récompensé pleinement,

et que tout aboutit, en vérité, vers ton Seigneur,

et que c’est Lui qui a fait rire et qui a fait pleurer,

 et que c’est Lui qui a fait mourir et qui a ramené à la vie,

et que c’est Lui qui a crée les deux éléments de couple, le mâle et la femelle,

d’une goutte de sperme quand elle est éjaculée

et que la seconde création Lui incombe,

et c’est Lui qui a enrichi et qui a fait acquérir.(…) »

Sourat an Najm (- l’Etoile)


De la mémoire du Beau

 

 

La beauté sauvera-t-elle le monde ?

Oui. Peut-être pas le monde physique, c’est sûr. Mais les cœurs qui sont les consciences de celui-ci. Nous en avons ici un exemple frappant. Le nourrisson qui tète, le ventre arrondi lors de la grossesse, les enfants et la maternité… Autant d’images qui figurent parmi les plus beaux habits du monde sensible et qui ne seront pas sauvés de la destruction… Mais la beauté des mots choisis et l’articulation des lettres dans le texte divin ont cette capacité à sauver les âmes.

« Hommes, ayez crainte de votre Seigneur. La secouse qui précédera l’Heure sera un événement monstrueux ! Le jour où vous la verrez, toute nourrice allaitante abandonnera le bébé qu’elle porte et toute femme enceinte avortera de force ! Tous les hommes donneront l’impression d’être enivrés alors qu’ils n’auront point bu… Seulement le châtiment de Dieu est terrible. » (s22.v1-2)

AFB3B641-5562-4057-9A38-A5348DF8C5DB


Invocation 14

Qu’Allah te fasse vivre les valeurs de Sa religion sans faux semblant
Qu’Allah te permette de vivre Sa religion noor Ala noor
Qu’Allah te permette de vivre muslim et fervent jour après jour que tu traverses des succès ou des échecs
Amin
Qu’Allah te permette de te prémunir des illusions, des impasses et des pièges en tout genre
Qu’Allah te permette de triompher de tout par son rappel car la charika lahou, pas d’idéal à part Lui
Qu’Allah te permette d’être Son aimé et son protégé
Qu’Allah t’accorde une intelligence fine et éclairée, endurante, performante et moutawahida
Qu’Allah t’aime et te bénisse, t’accorde son secours sa lumière et ses anges en renfort
Qu’Allah t’accorde une descendance pieuse et soit témoin que je t’aime en En Lui qui nous a créés
Qu’Allah t’accorde une vie excellente ici-bas et dans l’au-delà et te préserve du châtiment du feu
Qu’Allah te compte parmi les photons de Sa Lumière
Qu’Allah t’accorde une existence saine


l’appétit le chiffre l’image et la richesse

Ils cherchent à crever l’écran et à être partout écoutés, approuvés et appréciés, à devenir à eux seuls une chaîne nationale.
Si deux jours se passent sans la petite vidéo ils font un malaise, ressentent un vide.
Pourtant c’est eux qui prétendent éduquer et prétendent donner des cours, pour montrer la droiture.
Addicts du net.
Prisonniers du net, ennemis de l’humain par le net qui trahit le lien pour produire, nourrir et vendre encore l’image.
L’image… jusqu’à où.
Jusqu’à où nous mènera l’image, cette image qui fait oublier la parabole,
Cette image qui fait oublier la métaphore,
Cette image qui fait oublier la fraternité qui a le droit sur nous avant tout chiffre, tout compteur  tout appétit, et toute vanité.
Allâh connaît la trahison des yeux et sait ce que les poitrines cachent.


Se Baigner habillé

J’essaye de communiquer quelque chose, quelque chose qui puisse apporter de la force
Mais la force appartient à Allah
Et ne la puise que celui qui observe la sagesse
Voulant que nous soyons tels les grains de sable ou les nuages par dessus les vagues
Être un courant d’air c’est bien
Être un musulman c’est mieux

EDE5A456-CFDC-406C-847F-CE0C91BF5FAF.jpeg


Merci de toi

Mon esprit
Il me fallait mon esprit, toujours mon esprit,
Ne troquer mon esprit contre aucun avatar, contre aucune fausse monnaie, contre aucun faux salaire, avec aucun faux ami.
Mon esprit…
il me fallait mon esprit, mon esprit coûte que coûte
Rester fidèle en mon âme a mon être et à sa religion
Ne troquer pour aucun regard Sa Grâce et Sa promesse ; Son Souffle-Sa respiration s’y maintenir vers le devenir
Ne troquer pour rien au monde Son regard, quand bien même nous aimerions changer certains regards qui nous blessent, en fleurs.
Car on ne change pas les regards sur soi en devenant un autre que soi ;
Tout au plus on se change, jusqu’à se perdre, se perdre loin du regard et de l’agrément du Roi.


Une dépendance particulière

Il n’y a plus d’hommes de religion
il y a beaucoup de chroniqueurs
Qui chantent de jolies chansons
Pendant que l’humanité meurt,

Et que s’étend la corruption.

On se demande pourquoi ils ont si peur
Eux qui pourtant font le serment
De servir La justice sur terre
Quand l’injustice répand le sang.

Comprenez bien mes frères et sœurs
De ce rappel modeste et lent,
Qu’Allah est avec les sincères
Soucieux envers son agrément

Lui qui nous teste et qui nous veille
Lui qui sait tout et qui surveille

Il est le protecteur des pieux
Il est le guide des vertueux

Alors que Lui Seul te façonne !
De lien à Lui qui tant rayonne.

Que les alarmistes ne te bernent pas quand ils affolent,
L’ordre d’Allah est bien certain !

Et avec lui la vie te tient.


Ma mort et moi

Il est plus plaisant de s’oublier dans le divertissement continu que de persévérer dans la vérité voulant que nous mourrons demain ;

Or, il s’il est nécessaire que nous mourrions demain, n’est-il pas nécessaire, que nous songions à cette mort qui vient ?

N’est il pas nécessaire que nous devions quelque chose face à nos jours vers leur fin ?