Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu. Dieu a fait qu'ils s'oublient eux-mêmes.

Résurrection

Vieillesse, tu grandis en moi comme une traitresse.
J’avais voulu, chérir ma vie,
Mais j’ai senti, fausse allégresse,
Cette jeune enfant sitôt flétrie.

Dans mon présent, passé sourit,
Ce sous-jacent, qui en moi vit.

Dans mon esprit, enfance est reine,
Temps suspendu !
Espoir !
Merveille !

Mais dans le sang, quelque chose tourne,
Et dans le temps, le décret se déroule…

Je suis bien au fond cette douce enfant, et dans le vent,
La pierre tombale, oui, triomphant.

Quand je me réveillerai,
Par Ta pluie Ô ALLAH,
Accorde
À ce qui fut ma vie, Ton agrément.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s