Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu. Dieu a fait qu'ils s'oublient eux-mêmes.

Notre Fitra de petite fille

 

 

Les femmes jeunes et les vieilles aussi doivent savoir que la maternité est très complexe, très passionnelle, mais qu’elle n’est pas à diviniser pour autant.
Oui, la maternité utérine, ne doit pas prendre la place d’Allah et du Tawhid dans nos vies, car Allah c’est Lui qui nous donne des enfants et leur donnera un jour à eux comme à nous la mort, et nos utérus, et nos sentiments de maman, et nos envies de garder nos enfants au plus près de nous n’y pourront strictement rien.
 
Nous les mamans, on ne doit jamais oublier qui on est : des petites filles, sous le regard d’Allah, qui avons grandi et qui devons apprendre à administrer cette fonction maternelle, mais surtout pas en faire une nouvelle religion du narcissisme, de l’égoïsme, de l’angoisse ou de l’orgueil, une mafia du confort et du privilège entre seuls membres consanguins.
 
Nous les mamans, on est les dépositaires d’une grande partie du Dîn Islami.
 
Si on gère mal notre instinct maternel, il se dévorera l’Islam pour faire de nos enfants des pharaons et de nos visages, les masques qui ornent leur sépultures.
 
Faire partie des visages du Firdaws, voilà qui est meilleur.
Nos enfants sont les frères des autres, et nous sommes les soeurs des autres mamans ;
Les soeurs aussi des femmes qui n’ont jamais pu enfanter, les soeurs de celles qui ont enfanté un ou plusieurs morts nés ; les soeurs de celles qui ont enfanté un ou plusieurs enfants handicapés.
Nous sommes les soeurs de celles qui sont handicapées bien que femmes ayant besoin d’aimer et d’enfanter aussi.
Nous sommes les soeurs en humanité et en foi, de celles qui portent un handicap que le narcissisme refoule.
 
Nous sommes des soeurs en humanité, oui, des petites filles.
 
Et notre rôle de mères, nous menant souvent à l’égoïsme et au renfermement, ne peut être purifié que par cette petite fille qui se rappelle et qui agit en connaissance de cause, maintenant qu’elle est une dame, pour faire le bien « de son propre chef », comme on le rêve quand on est enfant.
 
Les mères ne seront l’incarnation d’un Islam pur et vivant que quand elles se souviendront de l’interdiction d’enterrer leur petite fille intérieure vivante sous le poids de cette passion utérine envahissante tant sur le point maternel que sur le point narcissique et conjugal.
 
Les mères ne seront l’incarnation de la lumière, que lorsqu’elles adopteront Moïse, en le préférant à Pharaon ;
Que lorsqu’elles ne prendront plus la piété de leurs hommes en otage pour leurs passions narcissiques, utérines et égoïques ; c’est à dire, lorsqu’elles s’envelopperont en leur esprit, des versets d’Allah Lumière sur Lumière.

bébé.PNG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s