Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu. Dieu a fait qu'ils s'oublient eux-mêmes.

Imagine. L’amour des pieux prédécesseurs

Imagine un amour sans image,
Un amour qui se respire, et qui rend vibrant ton coeur, sans lui associer d’adages.

Imagine,
Toutes ces images à la poubelle,
Idoles  réduites à la poussière ;

Adam et Ève comme les pétales,
Auréolant l’union du coeur.

Imagine, un amour en Lumière ;
Tes yeux dormants sous Son regard
Qui s’ouvrent encore dans Sa Lumière

Imagine,
Amour vivant dans ta poitrine,
Prosternation qui illumine,
Ceux que tu aimes, sans faire semblant.

Imagine,
Ceux que tu aimes au Paradis,
Loin des mensonges et des « on dit »,
Disant « salam » d’une voix  sereine,
Comme pétillent celles des pieux enfants ;
Lors d’un matin, où tout est blanc.

Imagine, à la poubelle,
Les prospections, et aléas, se faufilant par ci-par là,
Tentant de nuire, là où nos coeurs ne raisonnent pas.

Imagine, ton poumon entre ses côtes,
Ta crainte d’Allah dans sa poitrine,
Son Dhikr vibrant dans ta salive.
Imagine,
Son souffle adorateur rendant la vie à ta poitrine,
Pendant que mort jouit des vermines,

Se négligeant, sans L’adorer.

Imagine,
Un temps béni sans magazines,
Une époque saine sans pubs qui ruinent,
Ton coeur enclin à la piété.

Imagine, ta douce épouse,
Cette destinée incomparée,
Quand Babylone ne te destine, qu’à mille flammes de nudité
Au goût amer d’iniquité.

Imagine ton âme dans tel brasier,
Et puis la pieuse dans tel merdier,
Cherchant quel string pour s’habiller.
Imagine, superflus et perfidies à s’égarer,

Quand les choses belles et sans années,
Sont celles qui ne sont ni échangeables,
Ni dévalorisées.

Imagine, l’amour des Pieux Prédécesseurs,
Sans ton smartphone, ni ta boite mail,
Te balançant obscénités.

Imagine,
Comme il prime dans ta poitrine,
De faire l’effort de discerner,
Pour éteindre le faux,
Et aimer vrai.

Imagine,
Dans la Kaaba le vide domine,
Un plein béni sans figurine,
Laissant venir, fil des années,
La vie future, sans te léser.

Imagine,
L’éclat-la flamme de ta piété
Celle qui dévoile sans nudifier,
Réchauffe les coeurs sans les brûler

Imagine, l’intemporalité ; Sagesse de tous nos Messagers,
Envoyés en tant que Miséricorde, à toute l’humanité.

Imagine,
L’amour d’Allah dans ta poitrine,
Lumière Divine qui illumine,
Douceur bénie sur tes aimés,
Loin des angoisses des égarés,
Produisant haines et opprimés.

Imagine, ton amour sans ostentation,
Ton mariage sans prétention,
Et ton Dîn pour seule, Purification

Imagine…

Vivre sans orgueil,
Aimer comme aime, l’enfant mûri,
Dans la mémoire de ce qu’il dit,
Vouloir faire quand il sera grand.

Imagine,
Un Khalifat dans ta poitrine,
Un pur Tawhid qui réalise,
La paix aimée des plus petits
Pleurée des vieux et des perdants.

Imagine,
Un Quran qui t’habille
Une salât qui t’illumine
Et l’annonce du Messager venue,
Rendant au prêtre, sa bien-aimée !

Ô vous qui avez cru ! N’élevez pas vos voix au-dessus de la voix du Prophète, et ne haussez pas le ton en lui parlant, comme vous le haussez les uns avec les autres, sinon vos oeuvres deviendraient vaines sans que vous vous en rendiez compte.(49)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s