Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu. Dieu a fait qu'ils s'oublient eux-mêmes.

Mon frère sublime, le musulman

Qu’il est gracieux ce musulman, avec sa barbe, avec sa robe,
Qu’on considère comme un méchant,
Voulant éteindre le firmament !

Qu’il est gracieux, ce musulman, malgré le venin des serpents
Qui se distille dans nos oreilles, pour détourner, d’un doux présent.

Qu’il est gracieux, ce musulman,
Qui aime en Dieu, et prie souvent.

Qu’il est sublime, ce preux enfant,
Devenu grand, pas pour semblant ;
Donnant l’aumône comme un soldat
Aimant d’amour comme on combat

Priant de jour, comme on recherche,
L’apaisement, dans une caresse.

N’ont-ils point vu, le musulman,
Comme il est beau, comme il est grand
Comme il est doux, dans la lumière,
Et comme il est fort, dans la détresse.

N’ont-ils point vu, dans l’allégresse,
Comme il est brave, et sans paresse ?

Comme il est digne à accomplir les bonnes actions,
Comme il est digne à endurer en sa mémoire des pieux versets,
Quand la traîtrise séduit les autres.

Comme il est droit et comme il est aimant,
Quand la lumière sur les montagnes, révèle les plaines et les versants !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s