Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu. Dieu a fait qu'ils s'oublient eux-mêmes.

Destination Suprême

Ma soeur la repentie,
Mon frère le repenti.

Si je pouvais, je me collerais à l’ombre de ta semelle,
Je chercherai la Ferveur qui a été la tienne,

Dans ta quête de te rapprocher d’Allah.

Je suis fourmi, devant ton amour de revenir à Lui
Et je me sens minuscule et ridicule,
Devant Son décret de te chérir auprès de Lui.

Celui qui t’a tiré de ton péché,
T’a repêché, et moi je me pavane ;
Je m’estime mieux que toi pendant que de prétention je me noie,

Et par mes nombreux enfants que j’isole dans mon château d’exultation,
Je m’enferme toujours plus dans mes injustices envers toi.

Ma peur de la mouche et du moustique, font de moi ce que je suis :
Un hypocrite ;
Pendant que toi tu te prosterne plus fervemment après que tu aie cherché, cherché, jusqu’à te blesser et te risquer pour mieux te trouver et mieux comprendre ce qu’attendait de toi Le Roi.

Allah t’a guidé,
Et moi j’ignore, caché dans mes peurs et craintes des mondanités,
S’Il ne m’a pas abandonné
Tant je fais du regard des gens mon reflet-mon idole, tout en me prétendant être, le Musulman le plus aimé.

Je ne vaux pas le mégot de cigarette, balancé des doigts de la prostituée blessée,
Et assurément je ne vaux pas mieux,

Que l’immondice qui à son top niveau, sillonne le ciel en bombardant mes frères et soeurs.

Moi, qui m’estime mieux que toi qu’Allah a éprouvé et guidé,
Je te demande pardon,

A toi, et à toute l’humanité pour mon orgueil clanique, et libidineux ;

Rendant ta vie si difficile quand tu passes auprès de ceux qui se devraient tes frères et soeurs en humanité.

Je te demande pardon pour ce narcissisme qui se cache dans la religion que je viens polluer comme on cracherait dans le divin café ;

J’aimerais pouvoir m’excuser sincèrement mais je suis loin, loin de cette force ;
Parce que je suis la pourriture,

Qui se soucie de la piqure de moustique, pour son bébé,
En tournant dans la nonchalance le dos, au bébé Syrien Bombardé ; à la gentille soeur mariée depuis des années qui n’a pas enfanté ;
A la soeur divorcée qui se sent effondrée ;
Et au frère célibataire, privé de la paternité.

 

bombardement-arien-18941191

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s