Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu. Dieu a fait qu'ils s'oublient eux-mêmes.

Entre ciel et sang

Quand la mort atteint l’un de nous, et que l’on se sent purement mort de l’intérieur, Comme un oiseau blanc qui ne connait ni le sang, ni le mal des passions intérieures.
Quand la mort atteint l’un de nous, et que par cette empathique puissance qui irradie tes veines,
Tu comprends que la vie est ailleurs, en même temps que le ciel bleu et blanc, rétablit l’ordre sur ton arène.
 
Où les jeux affluent, ainsi que les courses et les hardiesses ;
Pendant qu’au-delà de nos frivoles et exultantes marionnettes,
Les géantes et imposantes planètes se soumettent.
 
Et mon cœur, dans ta poitrine, à mesure qu’il aspire, qu’il rejette, qu’il accueille et qu’il expulse
S’interroge de la manière de sauver à aider à fuir,
Ceux qu’il aime, d’un feu dont le combustible est composé d’hommes et de pierres.
attente

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s