Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu. Dieu a fait qu'ils s'oublient eux-mêmes.

Le Quran, la société, la guerre, la prière, la citoyenneté.

persecutionchretiensCe qui est notable concernant l’État, le pouvoir, et la citoyenneté, c’est que le sujet de la guerre est un domaine complètement occulté de la sphère citoyenne et sociale.
Complètement occulté ; au point que certaines personnes en aient oublié la réalité universelle de la lutte et de la légitime défense vécues à tort, dans une sorte de déclin intellectuel, comme un tabou.
En effet le thème de la guerre s’il n’est pas traité par les institutions et les médias, est considéré comme un secret de la défense, à n’être discuté qu’entre hauts fonctionnaires et magistrats. Le soldat lui-même n’a pas vocation à s’exprimer sans l’aval de ses chefs.
S’intéresser aux sujets de la guerre, comme d’arts martiaux ou de sports c’est donc être une forme de contre pouvoir si ces idées ne sont pas cadrées par une forme qui les rend socialement convenables.
Ma forme à moi, ici-même, est mon Quran, qu’il soit socialement convenable ou non.
En effet, le Quran lui, évoque la guerre parmi des choses universelles : tout être humain devrait savoir ou du moins comprendre , ou ne pas oublier ce qu’est la guerre, ce que c’est que de s’y trouver afin de compléter son esprit, d’une donnée quasi universelle qui a traversé les continents, mais aussi les époques ; en modelant le monde : toute âme goûtera à la mort. Où que vous soyez, la mort vous atteindra fussiez-vous sur des tours imprenables.

Le thème de la guerre traduit un affrontement de forces, un affrontement de forces qui existe à différents degrés de puissance.
Il exprime l’état même de la spiritualité, qui idéalise, qui idéologise, qui se décide à vivre compte tenu du caractère inéluctable de la mort, dans les valeurs qui lui sont propres en dépit des menaces qui pourraient peser sur elle.
C’est là, on y convient, une forme d’absolue émancipation.

La guerre en effet est un thème qui englobe les mouvements humains, qu’ils soient idéologiques ou physiques ; les deux étant destinés à se rencontrer, se fusionner, coexister ou s’affronter.
Le thème de la guerre est présent dans le Quran, livre saint et guide des muslimin (musulmans).

Il leur rappelle tous les jours la valeur de la violence, que l’on se doit envers soi-même, pour se conformer à l’équilibre et l’harmonie qui a tant à envier et qui est à atteindre ; à accomplir ; à conquérir comme l’état de grâce sur le corps à l’issue de l’effort sportif qui est le règne du muscle et de la force sur l’inertie et la sédentarité amorphes.

Un état de guerre et d’affrontement des forces martial, qui nous rappelle la valeur et la vie rencontrés dans le heurt comme dans l’affrontement qui sont toujours présents à différentes échelles jusqu’à être apaisées par le règne de quelque chose de plus puissant qui envahit nos sens de stabilité.

Une violence, ou douleur, qui n’est pas étrangère aux entendements, qui ont à se former-se forger pour atteindre, une intelligence de la stabilité intemporelle, qui est le propre de tout citoyen ou être humain, et non seulement de l’ascète coupé du monde et de la plèbe ; ou de l’élite qui se veut les pleins pouvoirs sur un peuple trop souvent assujetti à un conformisme mutin et accablé de maintes ignorances et instabilités de misère qui ne sont pas, rappelons le, le propre des droits fondamentaux des humains.

gladiateur_gerome[1]

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s