Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu. Dieu a fait qu'ils s'oublient eux-mêmes.

Anatole, France, Paris, Beyrouth, Syrie ; Congo, Yémen ; Palestine, Centrafrique, Israël…

13843_321562040654_205979470654_9886825_102937_n

Plutôt que me maquiller pour plaire,
Je prends un livre qui nous éclaire.
Il peut y avoir des filles et des mamans, qui se maquillent pour colorier le vent,
Et des enfants, libres et obéissants,

Qui refont la planète, que les grands délaissent.
Qui font de leurs prières un arbre qui croît sans cesse ;
Et font de leurs actions, un domaine concordant d’amour d’allégresse.
Qui font d’un SDF, un enfant dans la cour de récréation,

Qui a juste oublié qu’on est tous, à l’école.
Des enfants qui rappellent aux maitres et aux maitresses,
Qu’ils ont oublié dans la cour Anatole, dont les pieds et les mains sont bleuis ;
Et le regard bientôt blême.

Et tous ces enfants blancs alignés sur un sol de la Syrie,
A qui mon riche pays s’est donné pour mission, d’arracher la vie.
Et tous ces enfants dansants, et jouant au Bataclan,
Et tous ces enfants assis sur les terrasses des cafés, fumant et insouciants.

Et tous ces enfants, devant les maîtres d’école.
Ces maîtres d’école dont certains sont aimants et bienveillants,
Et d’autres soucieux d’une seule chose : se faire de l’argent ;
Et se prétendre savants.

Mais Dieu est là ; Il nous voit quand on se lève,
Et voit nos gestes parmi ceux qui se prosternent.
Mais Allah est là ; pas une larme ne coule qu’Il ne la recueille ;
Et pas une feuille ne tombe, qu’Il ne le sache.

Mais Dieu est là toujours vaillant,
Que ce soit sur ces enfants au linceul blanc,
Ou ces enfants accessoirement grands ; ou cet éternel Anatole ;
Que les enseignants ont abandonné dans les couloirs froids de l’école

13.9. Le Connaisseur de ce qui est caché et de ce qui est apparent, Le Grand, Le Sublime.
10. Sont égaux pour lui, celui parmi vous qui tient secrète sa parole, et celui qui se montre au grand jour.
11. Il [l’homme] a par devant lui et derrière lui des Anges qui se relaient et qui veillent sur lui par ordre d’Allah. En vérité, Allah ne modifie point l’état d’un peuple, tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce que est en eux-mêmes. Et lorsqu’Allah veut [infliger] un mal à un peuple, nul ne peut le repousser : ils n’ont en dehors de lui aucun protecteur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s