Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu. Dieu a fait qu'ils s'oublient eux-mêmes.

Archives de mai, 2015

Des passagers

La nudité, n’était pas à narrer. Devant elle, il fallait de l’âme fermer les yeux.
Fermer les yeux pour ne les ouvrir, qu’à la lumière, dans la piété des pieux.

Elle avait beau danser autour de nous et provoquer ses agressions allègres,
Faisant semblant et se donnant des airs de fierté qu’elle n’avait pas.
L’honneur était, de par l’instinct suprême dans le vêtement faisant que l’esprit de sa dimension s’habite ;
Mais beaucoup d’oublieux du Livre, cherchaient leur existence ailleurs en errant longtemps jusqu’à la ruine.

Tournant des pages et des pages de mirages
Et vivant leur vie à fleur de peau
Quand d’autres vivaient d’un au-delà intense,
Faisant d’eux des passagers, semblables aux arbres enracinés ;

Chantant de silence, la lumière de l’Éternel.


Couloir

url

Étrange, ou merveilleux,
Secourant secourable,
Le musulman des temps actuels,
Sait rester pudique tout en côtoyant la nudité.
Il sait rester chaste tout en traversant un monde de modes infâmes.
Il sait patienter et aimer en Dieu les pécheurs sans pour autant pécher par ici ;
Il sait écouter les peines et les panser, sans pour autant devenir misérable aussi.

Patientant son lopin de terre, il sait le monde mouvant de dimensions célestes ;

Et communie avec ses sphères, comme le mendiant
Implore secours tout en secourant


Je, est un être aimant

A trop perdre son temps à aimer des gens pour le bien qu’on prétend qu’ils font,
Je pense qu’on en arrive à ne plus voir celui qui se bat effrontément,
Pour les causes les plus justes, les plus vitales ;
Celles qui font qu’on les délaisse,
Parce qu’elles font de nous des combattants ; des êtres mouvants
Inspirant à d’autres leur sable qui les enlise.

Moi, je ne suis pas grand chose, mais quand j’aime, c’est que je ressens
Ce n’est pas pour avoir du plaisir que j’aime,
Mais parce que je sens le salut dans cette direction.

Tu sais,
Moi est un autre, un survivant,
Survivant aux faciès, aux paroles vantant un épouvantail qui danse,
Et qui prétend savoir ceci et cela,
Plutôt que de mettre en garde contre soi-même absolument et savamment.

Tu sais,
Moi, je ne sais pas qui je suis car j’ai beaucoup beaucoup réfléchi ;
Mais je sais par ma fonction Qui je sers et ce sera Lui,
Lui seul dont mon coeur portera le Nom béni
et qui m’éclaire comme une lampe
Vers ceux qui amoureux de Lui,

Le servent et Le servent et se soucient de n’adorer que Lui


Notre belle Religion

Notre belle religion
Que devons nous savoir sur notre belle religion,
Que nous vivons,
Et que nous oublions ?
Qu’aimerais-tu entendre dire sur ta religion,
Qui te retourne un regard sur toi,
Qui soit un peu plus vivant.

Notre belle religion,
Que nous vivons, que nous respirons.
Qu’aimerais-tu entendre dire sur ta belle religion,
Qui te refasse passer par ses couloirs aériens et élargissants ?
Qu’aimerais-tu entendre narrer sur ta belle religion,
Parmi ce qu’il se passe chaque jour où ton regard d’humain ne parvient
Mais où règne celui de L’Omnipotent.

Notre belle religion,
Qu’aimerais tu savoir sur notre belle religion ?

Le Dieu que nous adorons ?
Ou les hommes que parfois nous suivons sans ne plus essayer d’entendre Son agrément.

Qu’aimerais-tu comprendre
De ta belle religion,
Qui emplisse ton coeur de vie,

Et ouvre ta poitrine d’un vent courant
Te portant d’ici, à l’au-delà ;

Et faisant ruisseler sur tes joues un sourire communiant.

Rappelle, reconnais, et demeure aérant pour rester vivant
Que tes veines redeviennent le ruisseau de Lumière,

Et ton corps, un sanctuaire mouvant


Toi qui veux te marier

Toi qui veux te marier,
Te connais -tu assez ?
A la Lumière de L’Un,
Te connais-tu assez ?

Pour marier ton égo avec une entité ?

T’es-tu suffisamment Confié ? L’as-tu, suffisamment aimé ?
L’as-tu servi ?
Et en Lui, qu’as-tu aimé.
Est-ce ta gloire que tu as aimé, ou Son amour que tu perçois dans tes aimés ?
Sais-tu que pour se connaître il faut être clair et limpide envers Allah qui t’a donné ?
Sais-tu que pour bien se marier-se lier,

Tu dois à chaque instant savoir divorcer,
De ton égo qui fait la guerre,
A ton islamité.

Combien de temps as-tu combattu pour te marier ?
Quelle a été ton endurance, contre ton ennemi le plus fin, le plus séduisant qu’est ton reflet à admirer ?
Est-ce cette idée de toi que tu voudrais marier pour la dorer,
Ou ton amour d’aimer et te lier en ce qu’Allah a ordonné ?

Es-tu satisfait de toi, et plein d’arrogance à craquer,
Ou satisfait d’être là, sans demander d’avantage, que de reconnaître Sa gloire et Ses bienfaits ?

Toi, qui veux te marier,
Est-ce par désir d’assouvir ta gloire,
Ou par désir de te fondre dans la Lumière,
D’une contrée qui au-delà du couple,
Est formée de rangs, d’alliances des cœurs sans avoir besoin de se regarder ;

D’une dimension au-delà des deux,
Bénie de gratitude, de Dépendance à Lui ;
Comme du sceau de Ses largesses qui a décrété la fraternité.

Toi qui veux te marier,
Qu’as-tu à donner lorsque tu n’as plus rien ?

Si tu es à Donner,
Alors tu t’es, à tout préparé,
Et tu t’es lancé certain qu’Allah va te guider, et si tu chutes, te rattraper.

Toi qui veux te marier,
Laisse de côté ta suffisance, ton arrogance et tes projets.
Ouvre ton cœur et tes oreilles à l’école de la vie,
Et à Lui ne manque jamais, de Rester uni afin qu’il te montre,
Qui, est amoureux de Lui.
Afin qu’Il te montre qui,

Est un allié auquel s’allient dans Son ordre béni,
Les servants du Digne de Louanges


https://jemiledoutretombe.wordpress.com/2014/03/14/des-etoiles-et-des-freres/


Les serviteurs du Tout Miséricordieux

Quel est le devenir des imams de nos jours ? Quel était leur rôle dans le passé ? Que devient leur fonction ? Est-ce qu’elle instruit véritablement, est-ce qu’elle éduque ? Est-elle adaptée à nos sociétés modernes croulant de divertissements et de variétés de savoirs des plus utiles aux plus nocifs et parasitants et destructeurs parmi lesquels le sujet doit parvenir à se frayer passage mais aussi à se construire une vie et reposer son esprit ? Que devient en réalité le rôle des imams de nos jours ? Doit-il vraiment se cantonner à la mosquée comme aux sermons à l’ancienne ? N’est il pas plutôt le propre du professionnalisme varié sachant conjuguer avec habileté le Dîn dans ses actions quotidiennes ? Où sont nos dentistes, nos généralistes, nos pharmaciens musulmans ? Où sont nos commerçants musulmans ? Nos psychologues musulmans ? Nos psychiatres musulmans, nos épiciers musulmans, nos orthophonistes, nos kinésithérapeutes nos éducateurs musulmans, nos maîtres d’école musulmans, nos profs de sport muslims, nos nutritionnistes muslims, nos herboristes muslims, nos médecins alternatifs musulmans, nos homéopathes musulmans ? Le rôle d’imam tel qu’il est popularisé n’est il pas un frein à l’islam en ce qu’il fige l’idée d’un islam enfermé à la mosqué, un islam monolithique tant impotent qu’inefficace ? Que nous apprend l’islam en réalité ? Nous enseigne t-il de l’enfermer dans les mosquées ou bien de le pratiquer dans tous les aspects de nos vies comme d’invoquer Allah de faire de nous et de nos époux/ses et nos enfants la joie des yeux et de faire de nous des guides pour les pieux ? La notion d’imam n’est elle pas dépassée à l’heure de l’hypercomplexification de la vie quotidienne sous ses facilités apparentes ?

N’a-t-on pas dépassé ce bon vieux temps où l’on vivait dans des tentes et sans écoles, sans radios, sans livres, sans tablettes tactiles, sans ordinateurs, sans cette époque qu’est la notre, à l’heure d’une modernité si futée scientifiquement qu’elle s’immisce dans l’esprit et le cœur des gens pour y semer les plus grands et graves troubles ; malignité face à laquelle nous avons le devoir de nous liguer ? Dès lors je vous demande de réfléchir au rôle de l’imamat comme au rôle de chacun d’entre nous ici présent. Notre Dîn est l’affaire d’une implication personnelle multipliée par le nombre de chacun d’entre nous. Allah aime ceux qui combattent en rang serré pareil à un édifice renforcé ; et on ne pourra pas prendre ce Dîn à la légère encore longtemps.

2.251

…Et Allah lui donna la royauté et la sagesse, et lui enseigna ce qu’Il voulut. Et si Allah ne neutralisait pas une partie des hommes par une autre, la terre serait certainement corrompue. Mais Allah est Détenteur de la Faveur pour les mondes.


Les djinns de l’ingratitude

Quand toi tu te désoles,
Lui demeure Sublime,
Lui accomplit chaque jour une oeuvre nouvelle,
Quand toi tu deviens désolé et asséché en ton avidité,
Comme un désert sur le sol duquel dansent les djinns.
Et si…

Si tu aimais le Quran plus que tout,
Ton coeur serait, par lui,
Uni,
Quoi qu’il arrive.
Il te suffirait d’ouvrir le Livre,
Ou de te souvenir
Ou de te rappeler
Ce qu’il renferme.

Pour mourir apaisé,
Comme pour vivre agréé
Et respirer en cela Ses grâces qui élargissent la poitrine des honorés.

Tu sais, la vie a beau être dure, elle n’est pas vraiment compliquée.
La vie n’est dure que parce que ton coeur est dur et oppressé comme une idole adorée ;
Elle n’est complexe qu’au regard de la Simplicité que tu as délaissé ; et qui te fragmente tout en fragmentant autour de toi le monde sans pouvoir l’unifier.

Et si tu décidais de fendre la pierre,
Tu L’aurais assurément pour allié sous un ciel Unifié ;
Et en même temps que le ruisseau jaillirait,
Tu respirerais sans difficultés les largesses qu’Il crée chaque jour,

D’oeuvre tout à fait nouvelle
Tandis que Son Dîn ne change pas.


Les serviteurs du Tout Rayonnant D’Amour

Le savoir ne peut rien contre la violence,
Sinon la rendre amoureuse,

De ce qui la résout.

L’intimidation ne peut rien contre une amoureuse,
Qui par Allah, s’est affranchie de tout.

Et pourtant tu vois des rustres, des hypocrites et autres animaux,
Se réclamant de l’enseignement du Messager,
Et prétendre posséder les sources, pour dissimuler leur avidité.

Acteurs, et non adorateurs ;
Prétentieux et non pas Dignitaires.

Tu les vois ruser contre leurs frères, quand ils ne font pas, l’effort de se purifier ;
Et prétendre lutter pour la justice  par amour et par fièvre,
Quand haletant, ils vivifient de leurs coeurs infidèles
L’erreur pourtant dissoute, par la mission des Messagers.

Ceux qui n’ont pas compris que l’injustice,
N’est ni voie ni mets mais acidité du précipice,
Et prétendant savoir marcher sur l’eau, plutôt que de s’ancrer au puissant rivage,
Flirtent avec le déchirant précipice.

Ceux qui aveuglés par leur égo de Narcisse,
Promettent monts et merveilles depuis le sous-sol de leur tombe nivelée,
Se verront happés par des ténèbres, dont on dit qu’il ne faut s’approcher.

Humains n’offrent rien sciemment en dehors de leur adoration ;
Aussi, par les jeux d’infidèles tu ne dois te laisser faucher.
Que les démarches païennes soient à ta personne, des étrangères ;
Et leurs jeux à ton esprit, des ennemis jurés !
2.235. Et sachez qu’Allah sait ce qu’il y a dans vos âmes. Prenez donc garde à Lui, et sachez aussi qu’Allah est Pardonneur et Plein de mansuétude.
22.31.(Soyez) exclusivement [acquis à la religion] d’Allah ne Lui associez rien; car quiconque associe à Allah, c’est comme s’il tombait du haut du ciel et que les oiseaux le happaient, ou que le vent le précipitait dans un abîme très profond.
32.Voilà [ce qui est prescrit]. Et quiconque exalte les injonctions sacrées d’Allah, s’inspire en effet de la piété des coeurs.

17.25.Votre Seigneur connaît mieux ce qu’il y a dans vos âmes. Si vous êtes bons; Il est certes Pardonneur pour ceux qui Lui reviennent se repentant.26. « Et donne au proche parent ce qui lui est dû ainsi qu’au pauvre et au voyageur (en détresse). Et ne gaspille pas indûment,27. car les gaspilleurs sont les frères des diables ; et le Diable est très ingrat envers son Seigneur.28. Si tu t’écartes d’eux à la recherche d’une miséricorde de Ton Seigneur, que tu espères; adresse-leur une parole bienveillante.29. Ne porte pas ta main enchaînée à ton cou [par avarice], et ne l’étend pas non plus trop largement, sinon tu te trouveras blâmé et chagriné.30. En vérité ton Seigneur étend Ses dons largement à qu’Il veut ou les accorde avec parcimonie. Il est, sur Ses serviteurs, Parfaitement Connaisseur et Clairvoyant31. Et ne tuez pas vos enfants par crainte de pauvreté; c’est Nous qui attribuons leur subsistance; tout comme à vous . Les tuer, c’est vraiment, un énorme pêché.32. Et n’approchez point la fornication. En vérité, c’est une turpitude et quel mauvais chemin!33. Et; sauf en droit, ne tuez point la vie qu’Allah a rendue sacrée. Quiconque est tué injustement, alors Nous avons donné pouvoir à son proche [parent] . Que celui-ci ne commette pas d’excès dans le meurtre, car il est déjà assisté (par la loi).34. Et n’approchez les biens de l’orphelin que de la façon la meilleure, jusqu’à ce qu’il atteigne sa majorité. Et remplissez l’engagement, car on sera interrogé au sujet des engagements35. Et donnez la pleine mesure quand vous mesurez; et pesez avec une balance exacte. C’est mieux [pour vous] et le résultat en sera meilleur.36. Et ne poursuis pas ce dont tu n’as aucune connaissance. L’ouïe, la vue et le coeur : sur tout cela, en vérité, on sera interrogé.37. Et ne foule pas la terre avec orgueil : tu ne sauras jamais fendre la terre et tu ne pourras jamais atteindre la hauteur des montagnes!38. Ce qui est mauvais en tout cela est détesté de ton Seigneur.39. Tout cela fait partie de ce que ton Seigneur t’a révélé de la Sagesse. N’assigne donc pas à Allah d’autre divinité, sinon tu seras jeté dans l’Enfer, blâmé et repoussé.

30.31. Revenez repentants vers Lui; craignez-Le, accomplissez la Salat et ne soyez pas parmi les associateurs,32. parmi ceux qui ont divisé leur religion et sont devenus des sectes, chaque parti exultant de ce qu’il détenait.


Un soin aux croyants et croyantes

Fais attention aux cours de religion qui sont dispensés de façon populaire. À mon sens ils manquent de sagesse et de crainte éclairée ; ce qui fait des enfants des petits rustres formatés fermés et frustrés incapables de parler avec des non musulmans.
La religion est universelle ; elle n’est pas sorcière elle est science et légèreté pour le cœur à condition qu’elle soit purifiée de l’ignorance humaine qui l’introduit d’ingratitude, de fatuité, d’ignorance, d’errance et en cela, de mensonge…


L’écume et le Principe

Tous ces musulmans qui continuent à faire la surenchère de leurs courants au lieu de faire le point sur l’essentiel permettant l’économie la purification et la fortification (Intelligence émotionnelle, spiritualité, fondements pour retrouver la stabilité des troncs -fitra-) n’ont rien compris à la Religion d’Abraham et obstruent à son sentier en semant les schismes ; dont leur caractéristique constitue la base à toute l’irrésolution.


Sur le Coran

Seul le Coran désamorcera ton adhérence à ce bas monde
Si tu veux aimer le monde à la bonne distance,
Aime le Coran plus que tout au monde.