Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu. Dieu a fait qu'ils s'oublient eux-mêmes.

Cinéma

Cinéma, grande étendue de poubelles,
Dont nul œil ne rêverait de voir les intimités et les monceaux de vie volés ;
Cinéma, pénombre et grande serrure, à l’œil vicié ou violé,
Lorsque sont proposées aux âmes, les images et scènes damnées.

Acteurs en vrille, menteurs dociles,
Capables de puiser dans leurs coeurs violés
De quoi feindre devant des yeux d’enfant.

Cinéma, quand tu projettes ton ciel
De démons mouvants ;
Où la lumière n’étincelle,
Que pour tromper l’égaré vacillant.

Cinéma, que ne prie tu dans ta crypte moderne,
Aux satans d’aveugler les braves gens ;

Cinéma, qui sont tes maîtres ;
Sinon les éventreurs d’intérieurs-enfants.

Cinéma, comme un pervers géant,
Avilit les meilleures intentions, en jouant
Des mirages aussitôt retournés au néant.

Professionnels de la feinte, des masques,
Et des chairs aux flambantes émotions,
Tous menteurs et joueurs ; tous inutiles et souriants.
Délinquants aux honneurs ;

Promises et glorieuses déliquescences ;
Tapis rouge, elixirs et hôtels de luxe,
Suites de rois et carrosses de mousseline ;

Voilà le salaire de ceux qui par amour des jeux,
Se complaisent, à détourner de Dieu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s