Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu. Dieu a fait qu'ils s'oublient eux-mêmes.

Ego et trahison

J’étais là ; méditant la laideur humaine.
La première des laideurs, elle venait de moi ; celle à travers laquelle je percevais toutes les autres.
J’avais beau m’embellir et me purifier de l’intérieur, toutes les fois où j’étais capable de percevoir l’horreur, c’était pour éviter qu’elle ne naisse et se développe de moi.
J’étais l’incarnation même du combat contre ce néant intérieur, qui combattu en moi carburait de la lumière.
J’étais par excellence, ce que je ne devais être ;
J’étais la lumière, la conscience, le recueil qui ne devait jamais se laisser aller à l’oubli ; à l’extinction aimée d’Ibliss.

J’étais une conscience, un éveil-un Être ;
Et ne pouvais vivre et durer, qu’en étant pour le monde ce que doit être un Calife-un Maître ;
Et qu’en étant envers Allah, ce que doit être le Serviteur.

Je songeais à tout ce qui m’apparaissait à travers moi, en dehors de moi-même ;
Je voyais par mes propres fibres incandescentes, ce que l’oublieux ne voyait de lui-même.
Et de même que je voyais l’éphémère prétendre un Jour qui n’était pas le sien ;
je percevais ce peuple qui, préférant ses jeux et son sang, prétendait le Dîn dont il ne contenait en lui la Lumière.

Mon peuple, était à feu et à sang pour la raison, de son indicible et vile trahison.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s